RN2 : Un vaste projet de construction d’un village de réfugiés syriens
Auteurs:Davis R    Date:2017-09-06    Visites:

Depuis le 23 août dernier, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Bureau régional en Afrique du Sud, publie un appel à manifestation d’intérêt pour le soutien des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar.

« Pas d’intérêt, pas d’action ». C’est le mot d’ordre des tenants du régime actuel. Faisant face à un problème de trésorerie, nos dirigeants font tout pour redresser les finances de l’Etat, quitte à prendre des décisions contraires aux réalités socioéconomiques du pays et aux aspirations populaires. Alors que la Grande Ile est classée parmi les pays les plus pauvres du monde et que 92% des Malgaches vivent sous le seuil de la pauvreté, le régime décide d’accueillir des réfugiés. De source bien informée, nos dirigeants auraient conclu un accord avec la Turquie en vue de l’accueil de réfugiés syriens. Si en France, on évoque la venue de 500 réfugiés syriens d’ici la fin de l’année 2018, le nombre n’a pas encore été dévoilé pour ce qui est de la Grande Ile. A en croire notre source, des infrastructures destinées à l’accueil de réfugiés syriens vont être mises en place sur la RN2, du côté d’Ambohimangakely. Le régime HVM aurait conclu un accord avec une Société immobilière pour un projet de construction de grands bâtiments qui feront office de centre pour réfugiés. Le marché aurait été confié à un promoteur immobilier de renom, de nationalité indopakistanaise qui a déjà fait parler de lui à maintes reprises depuis quelques années. Alors que de nombreux Malgaches sont sans-abris et dorment sous les tunnels, le régime choisit de prioriser la construction d’un village d’accueil pour les réfugiés.

Financement. Depuis le 23 août dernier, le Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Bureau régional en Afrique du Sud, lance un appel à manifestation d’intérêt pour la mise en œuvre de deux projets, à savoir la prévention et l’intervention des cas d’apatridie et le soutien des réfugiés et demandeurs d’asile à Madagascar. Dans cette annonce, le UNHCR précise qu’ « un financement sera accordé aux projets dans les domaines de service liés à la protection, la défense et les solutions durables (pour des projets d’apatridie) et dans les domaines liés à la protection, la détermination du statut des réfugiés, l’aide humanitaire et les solutions durables (pour les projets des réfugiés) pour une période initiale d’un an à compter du 1er janvier 2018 avec une possibilité de prolongation pour une période maximale de quatre ans ». La question est désormais de savoir si le limogeage de l’ancienne ministre des affaires étrangères, Atallah Béatrice n’a aucun lien avec ce projet d’envergure qui risque de provoquer des polémiques dès sa mise en œuvre. En effet, en réaction à cet appel à manifestation d’intérêt de l’UNHCR, l’ex-Chef de la Diplomatie malgache a déclaré : « Nous sommes souverains sur la décision d’accueillir des réfugiés ou non. Les Nations Unies n’ont pas de mandat pour faire entrer des réfugiés politiques ou humanitaires dans un pays ». Elle a aussi rappelé qu’ « à cause du contexte socioéconomique du pays, Madagascar n’a pas signé la déclaration sur l’accueil des réfugiés proposée par les Nations Unies lors du Sommet humanitaire mondial en octobre 2016 ».

Risque élevé. On se demande si cette décision n’aura pas de répercussion sur l’harmonie sociale à Madagascar. La construction de nombreuses mosquées dans la partie Nord de la Grande Ile a déjà provoqué des polémiques l’année dernière notamment à propos du risque élevé des menaces terroristes. Nul n’ignore que les réfugiés syriens que nous allons accueillir à partir de l’année prochaine seront composés essentiellement, ou à majorité de musulmans. Quid de la cohabitation dans un pays à majorité chrétienne comme Madagascar ? Quoiqu’il en soit, les dirigeants malgaches devraient d’abord songer à résoudre les problèmes de pauvreté qui frappent la majorité des Malgaches avant de s’aventurer dans la mise en œuvre de ce projet.